Le Secrétaire exécutif de la CMS participe à la réunion des États de l’aire de répartition de l’ours blanc

Fairbanks, Alaska et Bonn, 9 février 2018 – Le Secrétaire exécutif de la CMS, Bradnee Chambers, a participé à la réunion biennale des États de l’aire de répartition de l’ours blanc, qui s’est tenue pour l’occasion à Fairbanks, Alaska, aux États-Unis.

L’ours blanc (Ursus maritimus) a été ajouté à l’Annexe II de la CMS lors de la 11ème Conférence des Parties à Quito en 2014.  Une inscription à l’Annexe II signifie que les États de l’aire de répartition sont encouragés à conclure des accords en faveur de l’espèce concernée ; l’Accord sur la conservation des ours blancs remplit les critères énumérés à l’Article V de la Convention.

Lors de son discours à l’assemblée, le Secrétaire exécutif B. Chambers a insisté sur le fait que la CMS et l’Accord sur la protection des ours blancs pourraient tous les deux bénéficier d’une plus grande coopération, soulignant le fait que leurs missions sont complémentaires. Le changement climatique a clairement un effet sur l’habitat de l’ours blanc, mais les sources sont à chercher au-delà de l’aire de répartition de l’espèce et doivent être traitées au niveau international. Le tourisme durable, la pollution, les débris marins et la corrélation entre la faune sauvage et les Objectifs de développement durable constituent d’autres domaines de coopération potentiels entre la CMS et l’Accord. Afin de proposer une mesure concrète, la CMS, en coopération avec la Norvège, suggère d’organiser un atelier d’experts sur les impacts du changement climatique sur les ours blancs et les mesures d’atténuation possibles.

« Je vois énormément d’opportunités de coopération entre la CMS et l’Accord sur la conservation des ours blancs.  L’expertise dont la CMS dispose sur les impacts du changement climatique sur la faune sauvage pourrait compléter le travail scientifique impressionnant mené par les cinq États de l’aire de répartition de l’ours blanc, une espèce pour laquelle, en tant que Canadien, j’ai une affinité particulièrement forte. » 

Bradnee Chambers, Secrétaire exécutif de la CMS

Par ailleurs, les Parties à l’Accord ont analysé les options pour offrir les services d’un secrétariat et étudient une offre de la CMS, qui inclurait du personnel dédié dans les locaux de la CMS au Campus de l’ONU à Bonn.

L’Accord sur la conservation des ours blancs a été signé en 1973 par les cinq États de l’aire de répartition – Canada, Danemark (pour le Groenland), Norvège (pour Svalbard), les États-Unis et l’URSS (remplacée ensuite par la Fédération de Russie). Ainsi, l’Accord est antérieur de six ans à la Convention. Sur les cinq parties à l’accord, seule la Norvège est membre de la CMS, bien que les États-Unis et la Fédération de Russie participent aux activités de certains instruments conclus sous l’égide de la Convention, à savoir les MdE sur les requins, les tortues marines de l’océan Indien, la grue de Sibérie et le cerf de Bactriane.

Last updated on 19 April 2018

Type: 
News item
Country: 
Canada
Greenland (Denmark)
Russian Federation
Svalbard and Jan Mayen (Norway)
United States of America
Threats: 
Climate Change
Species: 
Ursus maritimus
Species group: 
Marine mammals