La connectivité écologique au centre des débats de la grande réunion des Nations Unies sur la faune migratrice en Inde

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

La connectivité écologique au centre des débats de la grande réunion des Nations Unies sur la faune migratrice en Inde

Bonn, 19 novembre 2019 - « Les espèces migratrices connectent la planète et ensemble nous les accueillons chez elles » sera le thème d'une grande conférence des Nations Unies sur la faune sauvage consacrée aux espèces migratrices en Inde au début de l'année prochaine.

Sous ce thème, les gouvernements, les scientifiques, les groupes de protection et les experts de la faune sauvagese réuniront lors de la 13e session de la Conférence des Parties à la Convention sur les espèces migratrices (CMS COP13) qui se tiendra à Gandhinagar, en Inde, du 15 au 22 février 2020.  

Le thème a été annoncé aujourd'hui par Amy Fraenkel, Secrétaire exécutive par intérim de la CMS, et Soumitra Dasgupta, Inspecteur général des forêts du ministère indien de l'environnement, des forêts et du changement climatique, lors des réunions préparatoires de la COP13 actuellement en cours à Bonn.

Tout au long de leur cycle de vie et de leur aire de migration, les animaux migrateurs dépendent d'un réseau fonctionnel d'habitats reliés entre eux à travers les pays et les continents pour se reproduire, se nourrir et se reposer.  

Le thème de la COP13 souligne l’importance de la connectivité écologique pour mieux protéger la faune migratrice et ses habitats. La connectivité écologique est le mouvement sans entrave des espèces et le flux des processus naturels qui soutiennent la vie sur Terre.

La perte et la fragmentation de l'habitat constituent les principales menaces qui pèsent sur les animaux migrateurs à travers le monde. Elles sont également considérées comme les plus grandes menaces pour la biodiversité dans le monde entier, le changement climatique exacerbant ces effets.

Dans un monde confronté à un déclin continu de la biodiversité, les animaux migrateurs étant un élément clé, la connectivité écologique est essentielle pour enrayer et inverser cette tendance.  

La CMS a appelé à l'intégration du concept de connectivité dans le nouveau Cadre mondial pour la biodiversité, qui sera adopté à la fin de l'année prochaine en Chine.  

Mme Fraenkel a déclaré : « La COP13 de la CMS devrait être une étape importante pour la future politique de conservation. Pour sauver la nature dans un monde de plus en plus fragmenté, le concept fondamental de connectivité doit être intégré aux efforts mondiaux de conservation et doit être intégré dans le nouveau pacte pour la nature. »

M. Dasgupta a déclaré : « La COP13 de la CMS sera une occasion importante pour l'Inde de présenter et de démontrer son travail de pointe et son engagement en faveur de la conservation de la faune sauvage à l'échelle mondiale. Nous sommes impatients d'accueillir les délégués internationaux en Inde et de travailler avec eux pour faire de la planète un lieu plus accueillant pour les animaux migrateurs et les humains. »

L'empreinte humaine a laissé des traces durables sur la planète. Les routes, les voies ferrées, les clôtures et l'urbanisation traversent de plus en plus les paysages et divisent la nature. Ils interrompent la toile de la vie et empêchent les animaux migrateurs de terminer leurs voyages essentiels.

Plus de 100 millions de grands mammifères sont tués par des véhicules chaque année et leur nombre ne cesse d'augmenter. Néanmoins,le monde devrait investir environ 90 milliards de dollars américains dans les infrastructures au cours des 15 prochaines années seulement, ce qui permettra de créer davantage de nouvelles routes et voies ferrées. The world is expected to invest around $90 trillion in infrastructure in the next 15 years alone, resulting in more new infrastructures than is currently in existence globally. Ces obstacles à la migration interrompent le cycle de vie naturel de la faune migratrice et constituent un danger mortel.

L'évaluation mondiale des Nations Unies sur la biodiversité et les services écosystémiques, publiée par l'IPBES en mai, a documenté le déclin spectaculaire de la biodiversité dans toutes les régions du monde. Sans une action accrue, plus d'un million d'espèces pourraient être menacées d'extinction de notre vivant.

À mesure que les changements environnementaux s'amplifient, les pays du monde entier doivent préserver et rétablir les connexions naturelles entre la terre et l'eau. Ces liens renforcent la résilience aux changements environnementaux tels que le changement climatique et soutiennent la nature et les hommes.

La CMS rassemble les pays pour élaborer des politiques transfrontalières qui assurent la survie à long terme des animaux migrateurs à travers les pays et les continents. C’est la seule convention qui conserve les espèces migratrices et leurs habitats au-delà des frontières nationales.

Pour réussir, la conservation à grande échelle doit prendre en compte des systèmes migratoires entiers et le fonctionnement du processus de migration lui-même. La portée géographique va au-delà des zones protégées ou des sites soumis à d'autres mesures de conservation, pour inclure un réseau écologique de zones importantes pour la survie des espèces.  

La préservation de grands paysages terrestres et marins touche de nombreuses personnes et nécessite une collaboration internationale. Il existe une communauté d'organisations en pleine croissance qui travaille à des initiatives de conservation à grande échelle dans des paysages terrestres et marins fondés sur la connectivité. Ils relient les gens et la nature à travers les cultures, les juridictions et la géographie. 

La Convention sur les espèces migratrices collabore étroitement avec les gouvernements, les organisations internationales, les groupes de protection de la nature et des experts de la faune sauvage pour faire en sorte que la conservation de la connectivité soit un élément central de la future politique mondiale de conservation et que les mouvements sans entraves des espèces et des processus naturels se poursuivent pour soutenir la vie sur Terre pour les générations à venir.

 

Notes aux éditeurs :

Études de cas sur l'importance de la connectivité pour la conservation des espèces migratrices :

Les chauves-souris,les seuls mammifères capables de voler véritablement, sont des acteurs importants de la connectivité. Elles ont non seulement besoin de connectivité pour les grands mouvements saisonniers, mais elles peuvent aussi aider à la créer et la maintenir. Avec plus de 1 300 espèces, les chauves-souris constituent le deuxième plus grand groupe de mammifères au monde. En raison de leur abondance et de leur diversité, les chauves-souris influencent fortement le paysage qu'elles utilisent en tant que pollinisateurs, disperseurs de graines ou en tant que moyen de lutte biologique contre les ravageurs.

Les baleinessont confrontées à de nombreuses menaces lorsqu'elles entreprennent de longues migrations annuelles reliant différents continents. La dégradation de l'habitat et le trafic maritime intense croisent les mouvements et empêchent la connectivité des rorquals bleus migrant dans le Pacifique tropical oriental au large des côtes de l'Amérique centrale. Selon un récent rapport du Fonds monétaire international, la protection des baleines présente des avantages économiques évidents. Au cours de sa vie, chaque grande baleine absorbe environ 33 tonnes de dioxyde de carbone en moyenne, soit dix fois plus qu'un arbre. Ce faisant, une baleine contribue considérablement à accroître la résilience au changement climatique, facteur clé de l’extinction.

La migration du Serengeti est la plus grande migration restante de grands mammifères au monde avec près de 2 millions d'animaux traversant un écosystème de 30 000 km2 chaque année. Ils attirent les touristes de la faune sauvage du monde entier.

Cependant, l'installation de clôtures et l’empiétement des hommes ont entraîné un déclin spectaculaire de ces spectacles de la faune. La connectivité, sous la forme de la migration du Serengeti, est essentielle au fonctionnement productif des écosystèmes des zones arides. La faune et les populations devant traverser de vastes paysages pour faire face à des régimes de précipitations imprévisibles, les zones arides sont particulièrement touchées par l'installation de clôtures.

Les lions en Afrique font face à un déclin catastrophique, leur population ayant chuté de 50 % en seulement 20 ans. La sauvegarde de la faune sauvage africaine et la promotion du développement durable ne sont pas des intérêts contradictoires. Un rapport publié par New Lion Economy indique que les paysages qui soutiennent les lions, les « paysages de lions », fournissent plus de services écosystémiques, les avantages que les populations tirent d'écosystèmes sains, que la moyenne en Afrique.

La préservation des habitats des lions renforce la connectivité des écosystèmes en fonctionnement. Ils maintiennent de nombreux autres services tels que les sources d’eau vitales pour l’eau potable et l’électricité, stockent le carbone pour atténuer le changement climatique, soutiennent la sécurité alimentaire et protègent les communautés contre les catastrophes liées au climat.

Pourtant, nombre de ces services disparaîtront si les écosystèmes sont perdus ou dégradés. Les lions constituent donc d'excellents indicateurs des services écosystémiques et du développement durable.

Les oiseaux réagissent différemment au changement climatique et aux autres changements environnementaux causés par l'homme. 

D'une part, les oiseaux peuvent modifier radicalement leurs habitudes migratoires en très peu de temps, forgeant des liens entre les nations bien au-delà des frontières internationales. D'autre part, certains oiseaux peuvent être mieux en mesure que d'autres de faire face aux modifications des conditions de l'habitat d'origine humaine afin de maintenir des populations viables d'oiseaux migrateurs.

De minuscules balises de géolocalisation solaires ont montré qu'une nouvelle population d'hirondelles rustiques ne migrait que vers le nord, jusqu'à la côte nord de l'Amérique du Sud, pendant l'hiver austral, alors que leurs ancêtres immédiats avaient l'habitude de retourner en Amérique du Nord.

Les scientifiques ont découvert qu'à l'avenir, la distance que les migrateurs long-courriers doivent parcourir pour se déplacer entre les habitats propices à la reproduction et les habitats autres que de reproduction augmentera considérablement. Dans 50 ans, le mangeur d’abeilles devra parcourir 5 000 km de plus pendant quatre jours de plus. La migration devient une entreprise plus risquée et la connectivité sera en jeu. Outre le changement climatique et de l'habitat, les migrateurs devront modifier les parcours migratoires, ce qui pourrait aggraver le déclin de population prévu.

 

Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

Florian Keil, coordinateur de l’équipe de gestion de l’information commune, de communication et de sensibilisation des Secrétariats du PNUE/CMS et du PNUE/AEWA

Veronika Lenarz, Information publique, Secrétariat PNUE/CMS, tél. : +49 (0) 228 815 2409, courrier électronique : [email protected]

www.cms.int

Réseau sociaux : @bonnconvention #bonnconvention

Last updated on 10 February 2020

Type: 
Press release
Country: 
India
Region: 
Asia