Déclaration - Le défi COVID-19 : Zoonoses et faune sauvage

Bonn, 16 octobre 2020 - COVID-19 entre dans la catégorie des maladies infectieuses émergentes qui se transmettent entre les animaux domestiques ou sauvages et l'homme (connues sous le nom de "maladies zoonotiques"). Les maladies infectieuses émergentes peuvent avoir un impact important sur les économies mondiales et la santé publique. Plus de 60 % de l'ensemble des événements liés aux maladies infectieuses émergentes sont dominés par des zoonoses, dont la majorité provient de la faune sauvage et qui augmentent considérablement au fil du temps.

Les répercussions considérables de COVID-19 sur l'ensemble de la planète ont mobilisé de nombreux appels pour prévenir des pandémies similaires à l'avenir. Ces appels vont du plaidoyer pour la fermeture permanente des marchés où les animaux sauvages peuvent être vendus, à l'interdiction de toute utilisation commerciale des animaux sauvages, en passant par un renforcement significatif des mesures sanitaires et de la surveillance tout au long de la chaîne de valeur alimentaire.

Les membres du Partenariat de collaboration sur la gestion durable de la faune sauvage (CPW) proposent quatre principes directeurs pour aider les praticiens et les décideurs à apporter des réponses pratiques et scientifiquement fondées. Ces principes visent à réduire le risque de futures pandémies provenant d'animaux sauvages, tout en renforçant la conservation de la faune sauvage dans le respect des moyens de subsistance, de la sécurité alimentaire et de la culture de divers groupes de personnes.

 

 

Les quatre principes sont les suivants :

Premier principe : reconnaître l'importance de l'utilisation de la faune sauvage pour de nombreuses communautés, y compris les populations autochtones et les communautés locales (IPLC), dans les réponses politiques.
Deuxième principe : maintenir et restaurer des écosystèmes sains et résilients afin de réduire les risques de propagation des zoonoses et de futures pandémies.
Troisième principe : la persécution, y compris la mise à mort d'animaux sauvages soupçonnés de transmettre des maladies, ne permettra pas de s'attaquer aux causes de l'émergence ou de la propagation des maladies zoonotiques.
Quatrième principe : réglementer, gérer et surveiller la récolte, le commerce et l'utilisation des animaux sauvages afin de s'assurer qu'ils sont sûrs, durables et légaux.

 

Le CPW est composé d'un groupe expérimenté d'organisations internationales qui partagent un intérêt commun pour une approche pragmatique et scientifique du développement, de la surveillance et de l'orientation des initiatives communes pour une utilisation durable, légale et sûre des espèces sauvages et la conservation de la biodiversité. Les membres actuels sont :

  • Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique (CDB)
  • Secrétariat de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES)
  • Secrétariat de la Convention sur les espèces migratrices (CMS)
  • Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO)
  • Conseil international de la chasse et de la conservation du gibier (CIC)
  • Forum international indigène sur la biodiversité (FIIB)
  • Institut international pour l'environnement et le développement (IIED)
  • Centre du commerce international (CCI)
  • Union internationale pour la conservation de la nature (UICN)
  • Union internationale des instituts de recherche forestière (IUFRO)
  • TRAFFIC - Le réseau de surveillance du commerce des espèces sauvages
  • Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE)
  • Organisation mondiale de la santé animale (OIE)

Pour en savoir plus sur le CPW, consultez le site web dédié maintenu par la FAO. 

Pour plus d'informations, veuillez contacter :

Maria Jose Ortiz, Coordinatrice de l'Unité de gestion de l'information, de la communication et des connaissances, Secrétariats de la CMS et de l'AEWA. Courriel : [email protected] 

Last updated on 19 Octobre 2020

Type: 
News item