Une conférence internationale appelle les gouvernements à prendre des mesures afin de lutter contre l’abattage, l’empoisonnement et le commerce illégaux des oiseaux sauvages dans la voie de migration de l’Adriatique

Bonn, 27 mars 2018 Du 19 au 23 mars 2018, la 3ème Conférence sur la voie de migration de l’Adriatique s’est tenue au parc national de Fruška Gora, en Serbie ; il était organisé par EuroNaturet la Société d’Études et de Protection des oiseaux de Serbie(BPSSS, BirdLife Serbie). Lors de cette réunion, des représentants officiels du gouvernement serbe et plus de 80 experts et membres d’ONG sur la conservation des oiseaux, issus de pays d’Europe centrale et du sud-est, ont présenté et évoqué les données récentes sur la surveillance des populations d’oiseaux migrateurs, leur état de conservation, les dynamiques écologiques et leurs habitats dans la région de la voie de migration de l’Adriatique.

 

En tant qu’orateurs invités, les représentants des Secrétariats du PNUE/CMS et du PNUE/AEWA ont présenté les développements récents duGroupe de travail intergouvernemental sur la lutte contre l'abattage, la prise et le commerce illégaux des oiseaux migrateurs en Méditerranée (MIKT), ainsi que les mécanismes pour une exploitation et une gestion durables des oiseaux d’eau, sous l’égide de l’AEWA.

« Avec sa diversité exceptionnelle d’oiseaux sauvages et d’habitats, la région de la voie de migration de l’Adriatique revêt une importance cruciale pour la survie despopulations d’oiseaux migrateurs d’Afrique-Eurasie. Étant donné le déclin impressionnant de nombreuses populations, certaines menaces, telles que la perte des habitats, ainsi que l’abattage, l’empoisonnement et le commerce illégaux nécessitent des mesures strictes de la part des gouvernements et des parties prenantes, dans le cadre d’une coopération internationale. La CMS soutiendra les pays dans leurs efforts à conserver les oiseaux sauvages le long de la voie de migration, qui joue un rôle vital dans le fonctionnement des écosystèmes, et ainsi dans la garantie d’un avenir durable pour la faune sauvage et les humains. »

Dr Tilman Schneider, Administrateur associé des programmes, Secrétariat de la Associate Programme Officer, CMS Secretariat

Des sessions et des ateliers dédiés ont permis d’évaluer les impacts de l’empoisonnement des oiseaux migrateurs et autres formes d’abattage illégal et de présenter des stratégies de travail des ONG visant à collecter les données pertinentes et à traiter ces sujets en collaboration avec les autorités nationales. Il a été signalé que l’empoisonnement délibéré et accidentel, en particulier des rapaces et des vautours, ainsi que le commerce illégal avaient des impacts dévastateurs sur les oiseaux migrateurs de la région. Tout laisse à penser que les activités d’abattage illégal se sont déplacées partiellement des pays côtiers méditerranéens à d’autres parties de la région des Balkans et le commerce transfrontalier illégal des oiseaux sauvages, en pleine expansion, constitue un défi de taille pour les autorités nationales chargées de traiter ce type de criminalité liée aux espèces sauvages. Par ailleurs, la perte des habitats, en particulier la dégradation et la perte des zones humides dues aux activités agricoles, touristiques et aux infrastructures, représente une grande menace pour la survie et la reproduction des oiseaux sauvages le long de la voie de migration. Les violations et le manque de réglementations liées au tourisme de chasse constitue un autre problème.

Si l’on se base sur les projets de suivi soutenus par EuroNatur dans la région, au moins un tiers des 100 populations d’oiseaux subissent un déclin fort et continu. Par conséquent, les participants à la réunion ont adopté la Déclaration de Fruška Gora, qui exprime de fortes inquiétudes quant aux impacts significatifs de l’abattage et de l’empoisonnement illégaux des oiseaux sauvages. Elle appelle les gouvernements des pays des Balkans à intensifier leurs efforts dans la lutte contre ces activités illégales grâce à des mesures appropriées. Les pays en voie d’adhésion à l’Union européenne doivent prêter attention aux obligations futures découlant de la directive Oiseaux de l’UE. En conclusion, les délégués ont affirmé qu’en vue de traiter ces sujets de manière efficace, il faudra une coopération internationale entre les gouvernements et les parties prenantes, avec le soutien des AME pertinentes.  

Parmi les évènement en marge de la conférence l’on peut citer une réunion consultative organisée par le Secrétariat du PNUE/AEWA pour les gouvernements et autres délégués de Serbie et Bosnie-Herzégovine sur l’adhésion à l’Accord et sa mise en œuvre, une réunion de lancement pour le nouveau Projet anti-empoisonnement des Balkans (BAPP), coordonnée par la Fondationpour la conservation du vautour(VCF) et financée par la Fondation MAVA, ainsi que le lancement du 4ème Projet pour la Voie de migration de l’Adriatique 2018-2022. En outre, la prochaine réunion analysera les nouvelles études attendues sur l’abattage illégal des oiseaux, menées par BirdLife International.Par le biais du Fonds de partenariat pour le suivi des oiseaux d’eau, récemment créé, et d’autres projets en cours, EuroNatur et les ONG de conservation des oiseaux visent à renforcer et élargir leurs efforts en matière de suivi et de conservation des populations d’oiseaux sauvages, et de gestion de leurs habitats le long de la voie de migration de l’Adriatique.

 

Autres liens associés :

Last updated on 19 April 2018

Type: 
News item
Country: 
Serbia
Region: 
Europe
Species group: 
Birds