La 6ème séance plénière de l’IPBES adopte cinq grands rapports d’évaluation

Bonn, 23 mars 2018– Lors d’une réunion à Medellín, en Colombie, du 17 au 24 mars, la 6ème séance plénière de laPlateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) a adopté cinq grands rapports d’évaluation.

Ayant nécessité trois ans de préparation pour un coût de 5 millions de dollars, les cinq rapports (un sur la dégradation et la restauration des terres aux échelles régionale et internationale et quatre évaluant les contributions de la biodiversité et de la nature aux humains dans quatre grandes régions du monde : Afrique, Amériques, Asie & Pacifique et Europe & Asie centrale) ont été élaborés par plus de 550 experts reconnus à l’échelle internationale et originaires de plus de 100 pays.

Ces rapports couvrent la planète entière, à l’exception des pôles et des mers, et contribueront de manière significative au rapport global d’évaluation internationale de l’IPBES sur la biodiversité et les services écosystémiques, qui doit être publié en 2019, la première évaluation de ce type depuis l‘Évaluation des écosystèmes pour le Millénaire de 2005, faisant autorité.

« Ces rapports montrent que la biodiversité, la variété essentielle des formes de vie sur Terre, continue de décliner dans le monde entier, réduisant de manière significative la capacité de la nature à contribuer à notre bien-être. Notre économie, nos moyens de subsistance, notre sécurité alimentaire et notre qualité de vie sont tous en danger.  Les espèces migratrices sont un élément important de la biodiversité et la CMS s’engage à jouer son rôle pour garantir un avenir durable pour la planète et ses habitants, humains et animaux indifféremment. »

Bradnee Chambers, Secrétaire exécutif de la CMS

Les rapports d’évaluation analysent les leçons apprises et les avancées du Plan stratégique pour la biodiversité 2011–2020, sur la base duquel le Plan stratégique pour les espèces migratrices est façonné, ainsi que les objectifs d’Aichi pour la biodiversité associés, l’Accord de Paris sur le changement climatique et les implications sur les Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies. Par conséquent, les évaluations sont pertinentes pour de nombreux instruments internationaux liés à l’environnement et à la biodiversité, tels que la CMS et l’AEWA.

 

Points essentiels

Stopper la dégradation des terres et restaurer les terres dégradées constituent des priorités urgentes si nous voulons protéger la biodiversité et les services écosystémiques essentiels à la vie sur Terre et garantir le bien-être humain. La richesse extraordinaire de l’Afrique en termes de biodiversité et de services écosystémiques, ainsi que la richesse des savoirs indigènes et locaux, constituent un atout stratégique pour le développement durable de la région.

Les Amériques sont dotées d’une nature exceptionnelle capable de contribuer bien plus que la moyenne mondiale à notre qualité de vie.

La biodiversité de la région Asie-Pacifique est importante afin de garantir à ses 4,5 milliards d’habitants la sécurité alimentaire, énergétique et sanitaire, ainsi que l’approvisionnement en eau et l’épanouissement culturel et spirituel.

L’IPBES est la plateforme mondiale scientifique et politique dont la mission est de fournir les meilleures données disponibles afin d’appuyer les décisions des gouvernements, sociétés et individus relatives à la nature. biodiversity of the Asia Pacific region is important for providing food, water, energy, and health security, as well as cultural and spiritual fulfilment to its 4.5 billion inhabitants.

Pour de plus amples renseignements sur les cinq évaluations, rendez-vous sur le site web de l’IPBES .
 

Last updated on 19 April 2018

Type: 
News item
Country: 
Colombia
Region: 
South & Central America & The Caribbean