Les actions visant à sauver les vautours protègeront la santé humaine, selon les experts

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

Bonn, 10 octobre 2017 – Un plan multinational visant à stopper le déclin soudain et significatif des vautours en Afrique, en Asie et en Europe sera présenté lors d’un sommet important sur les espèces migratrices ce mois-ci.

Les experts estiment que la majorité des vautours d’Afrique-Eurasie sont en danger critique d’extinction à l’état sauvage, principalement à cause de l’empoisonnement. À moins que des mesures de conservation efficaces ne soient mises en œuvre, il est fort probable que plusieurs de ces espèces s’éteignent dans un future proche, selon eux.

La Convention sur les espèces migratrices (CMS), à l’origine du Plan d’action, déclare qu’un « changement radical » de la conservation est nécessaire : « Elle doit être menée par les gouvernements et soutenue par tous ceux ayant un intérêt direct, y compris nombre de parties qui n’ont pas encore reconnu l’importance des vautours, » a affirmé Bradnee Chambers, Secrétaire exécutif de la CMS.

« Les vautours sont les éboueurs de la nature et rendent ainsi des services critiques en nettoyant les carcasses et autres déchets organiques de l’environnement. Sans eux, nous aurions une propagation accrue des maladies, à la fois chez les animaux sauvages et domestiques, ce qui signifie des dangers extrêmement réels pour la santé humaine. »

Le Plan d’action multi-espèces visant à conserver les vautours d’Afrique-Eurasie a pour objectif de stopper rapidement les déclins actuels de population chez 15 espèces dans la majorité des régions continentales d’Afrique et d’Eurasie. Il recommande 124 actions que les pays doivent mettre en œuvre pour restaurer le nombre d’animaux d’ici 2029.

« Lorsque nous nous réunirons aux Philippines lors de la COP12, il incombe à tous les États de l’aire de répartition de prendre cette menace au sérieux. Les vautours sont importants pour les humains et nous ignorons leur situation désespérée à nos risques et périls, » a ajouté Bradnee Chambers.

Le Plan inclut d’élaborer des directives, de mener des recherches et un suivi ciblés, d’opérer des changements stratégiques et législatifs, de mener des actions d’éducation et de sensibilisation, ainsi que des initiatives de conservation. Il couvre le gypaète barbu, le percnoptère d'Égypte, le vautour royal, le vautour à tête blanche, le vautour charognard, le vautour de l’Himalaya, le vautour chaugoun, le vautour africain, le vautour indien, le vautour à long bec, le vautour chassefiente, le vautour de Rüppell, le vautour fauve, le vautour moine et le vautour oricou.

D’après l’équipe d’auteurs menée par la CMS, les populations de vautours d’Afrique, d’Asie et d’Europe (avec l’exception de l’Europe occidentale) subissent un grave déclin. Ils citent l’empoisonnement intentionnel et accidentel comme cause principale.

 « Le déclin soudain de population de trois espèces en Inde et ailleurs en Asie du Sud dans les années 1990 était principalement dû à un empoisonnement secondaire par le médicament vétérinaire diclofénac. En Afrique, la menace d’empoisonnement indirect et intentionnel s’est accrue au cours des dernières années et l’étendue de la portée et de l’impact n’a été révélée que récemment, » affirment-ils.

« L’empoisonnement, en particulier en Afrique, est causé par les conflits entre humains et carnivores. Les vautours se nourrissent de carcasses arrosées de poison, destinées à tuer les prédateurs menaçant le bétail des habitants. Par ailleurs, les braconniers ciblent activement les vautours pour les empêcher de révéler aux gardes-forestiers leurs activités en survolant du gibier tué illégalement. Ils sont aussi victimes de la demande croissante en parties de vautours pour la sorcellerie. »

Les autres menaces incluent la perte et la dégradation des habitats, la pénurie de nourriture, la fragmentation des populations restantes, les perturbations d’origine humaine, les collisions avec les éoliennes et les lignes électriques, et l’électrocution sur des infrastructures électriques.

 

Pour de plus amples renseignements et pour toute demande d’interview, veuillez contacter :

Florian Keil, Coordinateur de l’équipe conjointe de gestion de l’information, de communication et de sensibilisation des Secrétariats du PNUE/CMS et du PNUE/AEWA, tél : +49 (0)228 815 2451 ;

Veronika Lenarz, Information du public, Secrétariat du PNUE/CMS, tél : +49 (0)228 815 2409 ; press@cms.int

Last updated on 12 October 2017

Type: 
Press release
Country: 
Philippines
Region: 
Asia
Species group: 
Birds