Des pays s’entendent sur des actions pour protéger les requins

San José, Costa Rica, 19 février 2016 – Près de 40 gouvernements sont convenus cette semaine de renforcer la protection d’espèces de requins et de raies supplémentaires et d’établir de nouvelles priorités de conservation.

À la deuxième Réunion des Signataires du Mémorandum d’entente sur la conservation des requins migrateurs (MdE Requins) qui s’est achevée vendredi dans la capitale du Costa Rica, 39 pays et l’Union européenne sont convenus d’accorder une protection à 22 espèces de requins et de raies supplémentaires. « Les grands prédateurs des océans contribuent à maintenir l’équilibre des écosystèmes marins. Assurer leur survie est de l’intérêt de tous, cela exige une action concertée et en coopération par les gouvernements, le secteur des pêches, les communautés locales, les organisations s’occupant de conservation, les scientifiques et le grand public. Comme  l’a confirmé la réunion du Costa Rica, le MdE Requins de la CMS offre un cadre pour cette collaboration essentielle » a déclaré Bradnee Chambers, Secrétaire exécutif de la Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage (CMS).

Les 22 espèces inscrites par les gouvernements au Costa Rica comprennent cinq espèces de poissons-scies, trois de requins-renards, neuf espèces de raies du genre Mobula, la raie manta du prince Alfred, le diable de mer, le requin soyeux, le grand requin-marteau et  le requin-marteau halicorne.

Cette décision augmente sensiblement le nombre d’espèces de requins et de raies protégées au titre du MdE Requins, qui inclut maintenant toutes les espèces des deux groupes les plus menacés, à savoir les poissons-scies et les requins renards. 

Les requins sont particulièrement vulnérables à la surexploitation car ils se développent lentement, atteignent tard la maturité et sont très peu prolifiques. L’augmentation rapide et en grande partie non réglementée de la pêche ciblée et des captures accessoires a décimé de nombreuses populations de requins et de raies à travers le monde, avec 100 millions de requins tués chaque année, selon des estimations.

Selon les critères de la Liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (Liste rouge de l’UICN), un quart au moins des plus de 1000 espèces connues de requins, de raies et de chimères étroitement apparentées sont en danger d’extinction, et 23 pour cent seulement des espèces sont classées dans la catégorie « Préoccupation mineure » - le taux le plus faible de tous les vertébrés.

Dans une allocution spéciale adressée aux participants à la réunion en début de semaine, le Président du Costa Rica, Luis Guillermo Solís, a lancé un vibrant appel en faveur de la gestion durable des pêches, précisant qu’il fallait trouver un équilibre entre la conservation et l’utilisation durable et entre les conservationnistes et les communautés de pêcheurs.

Dans son allocution, le Président Solís a également souligné l’importance de disposer de données fiables et de mener des activités de recherche qui permettront de prendre de bonnes décisions stratégiques aux niveaux national, régional et international, mettant l’accent sur la nécessité de gérer les ressources naturelles avec sagesse.

 « Lorsqu’elles sont bien gérées, les populations saines de requins et de raies peuvent appuyer la pêche durable et l’écotourisme qui assurent la sécurité alimentaire et des revenus aux communautés côtières ainsi que des produits pour les marchés d’exportation; prises dans leur ensemble, ces populations peuvent être plus utiles que la pêche seule », a déclaré Sarah Fowler, océanographe et spécialiste des requins de renommée internationale, dans son discours à la réunion.

« Il a été démontré que la surpêche ainsi que la modification et la perte d’habitats affectent les populations de requins et de raies.  Les accords conclus à la deuxième Réunion des Signataires du MdE appellent les pays à redoubler d’efforts afin d’améliorer notre connaissance des populations de requins et de raies migrateurs », a déclaré John Carlson, Président du Comité consultatif du MdE Requins.

Autres décisions clés de la Réunion sur le MdE Requins

  • Adoption d’un Plan de conservation et d’un Programme de travail révisés pour les trois prochaines années (2016-2018) visant à renforcer la recherche, la surveillance et la collecte de données afin de mieux comprendre les populations et la pêche des requins. Les gouvernements renforceront également leur coopération avec des organismes internationaux pour assurer la protection des habitats critiques des requins.
  • Création du Groupe de travail sur la conservation, composé d’experts de renommée mondiale dans les domaines suivants : pêche des requins, écologie des populations, socio-économie, commerce, traçabilité, gouvernance, taxonomie, cycle biologique et répartition géographique des espèces. Au cours des trois prochaines années, le Groupe de travail mettra au point une stratégie de coopération avec des organes et organisations liés aux pêches.
  • Le Portugal a signé le MdE Requins, ce qui porte à 40 le nombre des Signataires.
  • Sept organisations non gouvernementales (ONG), y compris le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW), Project Aware, Shark Trust, Sharks Advocates International, Manta Trust et la Wildlife Conservation Society (Société pour la conservation de la vie sauvage) (WCS) sont devenues partenaires de coopération officiels du MdE Requins.
  • Un groupe d’organisations internationales s’occupant de conservation a lancé une nouvelle stratégie décennale indiquant les priorités mondiales pour la conservation des requins et des raies.

À propos du MdE Requins

Le Mémorandum d’Entente sur la conservation des requins migrateurs (MdE Requins) a été signé en 2010 dans le cadre de la Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage (CMS). Par le biais de son Plan de conservation, le MdE vise à améliorer notre connaissance des requins et des raies migrateurs, à assurer la durabilité des pêches, à protéger les habitats critiques et les couloirs de migration, à accroître la sensibilisation et la participation et à renforcer la coopération internationale. Vingt-neuf espèces de requins et de raies sont maintenant inscrites à son Annexe.

À propos de la CMS

En tant que traité environnemental établi sous l’égide du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), la Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage (CMS) offre une plateforme globale pour la conservation et l’utilisation durable des animaux migrateurs et de leurs habitats. La CMS réunit les États traversés par les animaux migrateurs ou États de l’aire de répartition, et établit les bases juridiques sur lesquelles s’appuient les mesures de conservation coordonnées internationalement pour une espèce migratrice. La CMS est aussi connue sous le nom de « Convention de Bonn », du nom de la ville où elle a été signée en 1979.

 

Pour plus d’information, veuillez contacter :

Florian Keil, Coordinateur de la Gestion commune de l’information, Équipe chargée de la communication et de la vulgarisation aux Secrétariats du PNUE/CMS et du PNUE/AEWA, tel : +49 (0)228 815 2451, courriel : florian.keil@unep.org

Veronika Lenarz, Information du public, Secrétariat du PNUE/CMS, tel : +49 (0)228 815 2409, courriel: veronika.lenarz@cms.int

Michal Szymanski, United Nations Environment Programme (UNEP), tél. +254 20 762 3326, port. +254 71 587 6185, courriel: michal.szymanski@unep.org

Facebook: fb.com/bonnconvention

Twitter: @BonnConvention

Last updated on 16 March 2016

Type: 
Press release
Country: 
Costa Rica
Region: 
South & Central America & The Caribbean
Species group: 
Fish