Promotion des lignes directrices de la CMS pour l’évaluation du bruit en milieu marin à l’ONU à New York

UNDER CONSTRUCTION

For security reasons we had to close the previous website of the IOSEA Marine Turtle MOU sooner than planned. Content is still being transferred to this new website. We apologize for any inconvenience.

New York/Bonn, 27 juin 2018 - Du 18 au 22 juin 2018, des représentants de gouvernements et des experts se sont réunis au siège de l’Organisation des Nations Unies pour discuter de la question du bruit sous-marin anthropique dans le cadre du Processus consultatif des Nations Unies sur les océans et le droit de la mer (ICP-19).

M. Bradnee Chambers, Secrétaire exécutif de la CMS, a fait une déclaration d’ouverture et a porté à l’attention des États Membres de l’ONU les lignes directrices de la Famille CMS pour l’évaluation de l’impact sur l’environnement concernant les activités génératrices de bruit en milieu marin. Ces lignes directrices ont été approuvées par la Conférence des Parties à la CMS à Manille en 2017.

 

« Comme l’a montré la réunion de l’ONU à New York, il est de plus en plus largement admis à l’échelle mondiale que le bruit sous-marin anthropique est une forme de pollution qui a un effet négatif sur de nombreuses espèces marines ».

Bradnee Chambers, Secrétaire exécutif de la CMS

Au cours de la dernière décennie, les activités humaines génératrices de bruit en milieu marin, notamment l’industrie pétrolière et gazière offshore et le transport maritime, ont fait des océans un endroit de plus en plus bruyant, à tel point que les fonctions vitales de nombreuses espèces marines sont affectées. Cette situation peut avoir de sérieuses répercussions tant sur les efforts de protection des espèces migratrices et autres espèces menacées, que sur le tourisme, la pêche et l’ensemble du réseau trophique marin. Aussi bien dans leurs déclarations que dans les discussions qui ont eu lieu tout au long de la semaine, les pays ont souligné l’opportunité et l’importance du thème de la réunion de l’ICP de cette année.

Lors d’un événement parallèle qui s’est tenu le premier jour de la réunion et a attiré un grand nombre de personnes, la CMS, la Principauté de Monaco et l’organisation partenaire de la CMS OceanCare ont examiné « Le rôle de l’évaluation de l’impact sur l’environnement dans la gestion des impacts du bruit sur le réseau trophique marin et les niveaux trophiques supérieurs ». Parmi les interventions, figuraient celles du Dr Weilgart (Dalhousie University) sur le thème « Ce que nous dit la science :impact de la pollution sonore anthropique des océans, un risque pour les espèces proies et l’approvisionnement alimentaire », celle de Mme Toole (OceanCare) sur le thème « Bruit sous-marin et objectifs de développement durable », celle de Mme Frisch-Nwakanma (Secrétariat de la CMS) sur le thème « Comment les lignes directrices de la famille CMS pour l’évaluation de l’impact sur l’environnement soutiennent-elles l’évaluation des impacts potentiels des activités génératrices de bruit ? » et celle de M. Entrup (OceanCare) sur le thème « Meilleures pratiques :approches régionales, techniques et de renforcement des capacités. Voie à suivre ».

Le 19 juin, Mme Heidrun Frisch-Nwakanma, chef de file en matière de bruit sous-marin au Secrétariat de la CMS, a été invitée à présenter les lignes directrices de la CMS à l’ICP-19 lors d’une table ronde sur le thème « Coopération et coordination dans la lutte contre le bruit sous-marin anthropique » (disponible ici). Au nombre des autres organisations qui participaient à la même table ronde, citons l’Organisation maritime internationale et la Commission baleinière internationale, suivies le lendemain par des entités régionales telles que la Commission européenne et la Convention OSPAR, ainsi que par des exemples d’initiatives nationales et locales.

 

« J’aimerais remercier sincèrement le Gouvernement de Monaco et notre partenaire OceanCare pour leur soutien dans la promotion des lignes directrices de la CMS à la réunion de l’ICP à New York. Grâce à ces efforts, les États Membres de l’ONU sont à présent plus conscients de leur potentiel en tant qu’outil d’évaluation, de réglementation et de traitement des impacts du bruit sous-marin sur la vie marine ».

Bradnee Chambers, Secrétaire exécutif de la CMS

Les États Membres qui participaient aux événements à New York se sont également prononcés en faveur de l’introduction d’une référence aux lignes directrices de la CMS dans la prochaine résolution de l’Assemblée générale sur « Les océans et le droit de la mer ». En outre, l’idée de reconnaître le bruit sous-marin anthropique comme une forme de pollution a fait l’objet d’une approbation générale. Les Parties à la CMS seront particulièrement bien placées pour garantir que cette question, qui est d’une importance capitale pour de nombreuses espèces migratrices inscrites aux annexes de la CMS et pour leurs proies, reçoive la reconnaissance internationale dont elle a besoin pour être traitée de manière adéquate.

De plus amples informations sur la 19e réunion du Processus consultatif informel des Nations Unies ouvert à tous sur les océans et le droit de la mer (ICP-19) peuvent être consultées ici ; la couverture de la réunion par l’ENB peut être consultée ici.

Last updated on 12 September 2018