Événement parallèle sur des solutions aux prises accessoires et à l’enchevêtrement dans des engins fantômes au COFI33 de la FAO

UNDER CONSTRUCTION

For security reasons we had to close the previous website of the IOSEA Marine Turtle MOU sooner than planned. Content is still being transferred to this new website. We apologize for any inconvenience.

Rome/Bonn, 20 juillet 2018 - Le 12 juillet, à la 33e Session du Comité des pêches de la FAO (COFI33) qui s’est tenue à Rome, des solutions relatives à la gestion des engins fantômes, également connus sous le nom d’engins de pêche abandonnés, perdus ou rejetés, et aux prises accessoires, ont fait l’objet de discussions lors d’un événement parallèle.

Des États membres de la FAO que sont le Vanuatu, le Samoa, les Fidji, les Palaos, la Belgique, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande et le Panama ont accueilli l’événement organisé en collaboration avec la FAO, la Commission baleinière internationale (CBI), World Animal Protection, le WWF et la CMS. La question des engins fantômes, qui est pratiquement omniprésente dans toutes les pêches du monde, a des conséquences économiques, sociales et environnementales importantes, à la fois en tant que forme de déchets marins et en raison du risque de capture accidentelle ou d’enchevêtrement de la vie marine. 

La manifestation parallèle a souligné l’importance de concevoir collectivement une stratégie mondiale de lutte contre les engins fantômes et leurs impacts et a encouragé les États membres de la FAO à élaborer des plans nationaux de prévention, de réduction et d’élimination des engins fantômes. La session a également permis de vérifier si les mesures d’atténuation des prises accessoires proposées se sont avérées efficaces sans réduire les prises cibles, et de déterminer les domaines, notamment la collecte de données, la surveillance ou la mise en œuvre, qui pourraient bénéficier d’une assistance technique. Bien qu’il existe des stratégies d’atténuation efficaces pour certains groupes taxonomiques ou engins de pêche, la répartition spatiale et temporelle de nombreuses pêches, et donc l’incidence des prises accessoires, demeure difficile à documenter et à surveiller de façon cohérente. Pour visionner une vidéo de l’événement parallèle, veuillez cliquer ici.

Un tel regroupement de forums clés est essentiel pour atteindre les objectifs énoncés dans les résolutions du PNUE/CMS sur la gestion des déchets marins (Résolution 12.20) et sur les prises accessoires (Résolution 12.22) adoptées par la Conférence des Parties à sa 12e réunion. Les engins fantômes sont au moins trois fois plus susceptibles d’avoir un impact sur la vie marine par enchevêtrement que toutes les autres formes de déchets marins réunies. Environ 45 % de l’ensemble des espèces de mammifères marins qui figurent sur la Liste rouge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) ont été affectés par des engins de pêche perdus ou abandonnés et, selon les estimations mondiales disponibles, au moins 650 000 mammifères marins, 700 000 oiseaux de mer et des centaines de milliers de tortues sont prisonniers d’engins de pêche chaque année. Des approches globales et collaboratives sont et continueront d’être nécessaires pour protéger les espèces migratrices marines et pour faire avancer le travail que la CMS et ses accords connexes se sont engagés à faire.

L’événement parallèle s’est révélé être un forum parfait pour en apprendre davantage sur les techniques et les approches qui ont fait leurs preuves, ainsi que pour mieux comprendre les divers défis auxquels les pays sont encore confrontés lorsqu’ils s’attaquent à la question. La participation de la CMS résultait directement de sa collaboration avec la CBI dans le cadre de l’Initiative pour l’atténuation des prises accessoires convenue par la CBI. Le conseiller pour les prises accessoires nommé par la COP à la CMS, Barry Baker, fait partie du groupe d’experts de la Commission baleinière internationale et le secrétariat fait partie du groupe de travail permanent sur les prises accessoires sous l’égide du Comité de conservation de la CBI. Cette collaboration est cruciale pour aborder et contribuer à la mise en œuvre de l’Objectif de développement durable 14 qui vise à conserver et à exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines et dont les cibles s’attaquent aux menaces que représentent les déchets marins et les pratiques de pêche.

Last updated on 15 January 2019