Des mesures visant à protéger les flamants des Andes votées à Cuzco

Bonn, 9 mai 2016 - Les 26 et 27 avril 2016, la première Réunion des signataires du MdE sur les flamants des hautes Andes s’est tenue à Cuzco (Pérou). Des représentants de la Bolivie, du Chili et du Pérou, les trois signataires du MdE, ont participé à la réunion, ainsi qu’un certain nombre d’observateurs, dont le Secrétariat de la Convention de Ramsar. Des experts français et espagnols étaient également présents en tant que représentants de l’Union européenne afin de partager leur expérience dans la conservation et la gestion des espèces de flamants.

La réunion était présidée par le Point focal de la CMS, Mme Fabiola Muñóz Dodero, Directrice exécutive du Service national des forêts et de la faune (SERFOR), sous l’égide du Ministère de l’Agriculture. En son absence, la présidence était assurée par M. Mirbel Epiquien, Directeur général de la Gestion durable des forêts et de la faune, également de SERFOR. Parmi les autres représentants du Pérou l’on pouvait compter le Ministère de l’Environnement, le Service des zones protégées (SERNANP), ainsi que plusieurs universités et ONG.

Lors de la réunion, il a été convenu à l’unanimité d’inclure le flamant du Chili (Phoenicopterus chilensis) dans le MdE, en plus des deux espèces déjà couvertes, le flamant des Andes (Phoenicoparrus andinus) et le flamant de James (Phoenicoparrus jamesi). Le flamant du Chili est une espèce quasi menacée, qui se reproduit au centre du Pérou, en Bolivie, en Argentine, au Chili et parfois de façon erratique au Paraguay, avec quelques hivernages en Uruguay et dans le sud-est du Brésil. La population totale est estimée à 300 000 animaux. Afin d’optimiser l’inscription de l’espèce, une proposition détaillée en faveur de l’inclusion de l’espèce sera préparée et soumise à l’adoption lors de la prochaine Réunion des signataires (MOS).

L’un des autres points forts de la réunion a été l’adoption d’un Plan d’action détaillé pour le MdE sur les flamants. Le Plan d’action a été minutieusement débattu au cours de la MOS et a finalement été adopté. Il inclut des dispositions relatives à la coordination interinstitutionnelle, au suivi et à la recherche, à la conservation et à la gestion, ainsi qu’à l’éducation et à la sensibilisation du public. Il  été convenu de mener des études simultanées sur les flamants dans tous les États de l’aire de répartition tous les cinq ans, ainsi que des études nationales chaque année.

Parmi les autres décisions importantes l’on peut citer la création d’un Réseau des zones humides des hautes Andes en tant qu’habitat pour les flamants, afin de garantir une protection adéquate des sites et la connexion entre les différentes zones utilisées. Ce réseau présentera de nombreuses opportunités de synergie avec la Convention de Ramsar, en particulier avec la Stratégie régionale de conservation et d'exploitation durable des zones humides des hautes Andes. Un projet du FEM pour la mise en place de cette stratégie est actuellement en cours de préparation par Ramsar, avec la FAO en tant que principal partenaire d’exécution.

Une cérémonie de signature a été organisée afin de permettre à Mme Mariana Valqui de signer le MdE au nom du Grupo Conservación Flamencos Altoandinos (GCFA), partenaire de cette coopération. Ce groupe constitue le principal élément moteur pour de nombreuses activités de conservation et de recherche sur le terrain, dont les recensements simultanés et les campagnes de baguage des oiseaux. Mme Valqui est un membre fondateur du groupe. 

Un système rotatoire pour la coordination du MdE a été adopté et, par conséquent, le Pérou occupera ce rôle de coordination jusqu’à la prochaine MOS, qui doit se tenir en 2018 en Bolivie. Puis, la Bolivie reprendra la coordination jusqu’à la prochaine MOS en 2020, et ainsi de suite. Le principe est que le pays accueillant la MOS prenne en charge la coordination pendant la période d’intersession jusqu’à la prochaine MOS.

Le Secrétaire exécutif de la CMS, Bradnee Chambers, a déclaré : « Le Pérou doit être félicité pour avoir organisé cette réunion importante, qui montre l’engagement fort pour la conservation des flamants des hautes Andes et un leadership solide dans la coordination des quatre États de l’aire de répartition. Après la COP à Quito et la ratification de la CMS par le Brésil, la mise en œuvre de ce MdE démontre la présence forte de la CMS en Amérique Latine, et nous espérons qu’elle va continuer de croître dans les années à venir ».

Le troisième jour, le 28 avril, une visite sur le terrain sur le site Ramsar de Lucre-Huacarpay a eu lieu, au cours de laquelle les participants ont été accueillis par Monsieur le Maire et se sont vus offrir des chapeaux typiques faits à la main par les femmes de la communauté locale à partir de totora, une plante aquatique qui pousse dans le lac et appartient à la même espèce que celle utilisée par Thor Heyerdahl pour construire son célèbre radeau Kon-Tiki sur le lac Titicaca. 

Pour de plus amples renseignements sur cette réunion, veuillez contacter Borja Heredia, Chef de l’équipe pour les espèces aviaires, à l’adresse suivante : borja.heredia@cms.int

Last updated on 29 June 2016

Type: 
News item
Country: 
Peru
Region: 
South & Central America & The Caribbean
Threats: 
Habitat loss and degradation
Species: 
Phoenicoparrus andinus
Phoenicoparrus jamesi
Species group: 
Birds