Que fait un Ambassadeur de la CMS?

Les ambassadeurs de la CMS sont des personnalités éminentes bien connues et respectées dans le monde de la conservation ou des médias pour leur travail concernant la gestion de l’environnement et la conservation des animaux migrateurs menacés.

Ils sont choisis par le Secrétaire exécutif de la Convention sur les espèces migratrices (CMS) pour leurs résultats exceptionnels dans ce domaine. En reconnaissance de leur réussite, ils sont invités à devenir ambassadeurs de la CMS et à s’engager pour la cause de la CMS et de ses accords, à savoir la conservation des espèces migratrices et de leurs habitats. 

Lisez plus...


Kuki Gallman

Kuki Gallman. Photo: F. Keil

Kenya national, author, poet, conservationist and founder of The Gallmann Memorial Foundation(GMF)/GallmannAfrica Conservancy, of the Laikipia Nature Conservancy of the Great Rift Valley Trust and of the Laikipia Highlands Games (Sports for Peace)

Kuki Gallmann settled 42 years ago in Ol ari Nyiro in Laikipia, a 100.000 acres estate on the edge of the Great Rift Valley which at the time was a cattle ranch with 10.000 of livestock.

After the tragic loss within three years of both her husband (killed in a car accident when she was pregnant with their unborn daughter) and her 17-year old son, who died in her arms from the fatal bite of a puff adder (Emanuele loved and studied snakes), her family's deep love for Africa and desire to protect it was transformed into a burning resolve to save its wilderness, wildlife and culture, through which she found her life's purpose, becoming an environmental activist, writer and spokesperson for Africa's environment.

In the aftermath of her tragedies, Gallmann dedicated herself to keeping Ol ari Nyiro and its dream alive. She trained herself in land management and conservation strategies, and raised her daughter, Sveva, to understand and respect traditional African culture and nature and the importance of service to the community.

As a living memorial to her husband and son, she established The Gallmann Memorial Foundation with the specific purpose to harmonise development and conservation. The Foundation aims to prove that Africa can survive out of the ecological, creative and sustainable use of its natural resources. She sold the cattle and transformed Ol ari Nyiro into a Nature conservancy.

Read more...

 


Stanley Johnson

Stanley Johnson in the Niger Desert. Photo: R. Beudels

Stanley Patrick Johnson est né en Cornouailles en août 1940 et a fait ses études à Sherborne School, Dorset, puis à Exeter College, Oxford University, où il a reçu une bourse d’études Stapeldon pour les Études classiques. Lorsqu’il a quitté Oxford en 1963, Stanley a obtenu une bourse de recherche Harkness aux États-Unis. Il a été le premier administrateur chargé des questions d’environnement au sein du Conservative Research Department (1969-70). Il a été un membre conservateur du Parlement européen, où il a siégé comme vice-président du Comité parlementaire sur l’environnement, la santé publique et la protection des consommateurs (1979-1984). Il a travaillé également pour la Commission européenne, comme chef de la Division sur la prévention de la pollution (1973-1979), puis comme conseiller principal auprès de la Direction générale environnement et comme Directeur de la politique énergétique (1984-1994). Avant de travailler pour la Commission, M. Johnson a été un membre du personnel de la Banque mondiale et de la Fédération internationale pour la planification familiale. M. Johnson a aussi été un conseiller auprès de Price Waterhouse Coopers, un directeur d’ERM, une agence de conseil environnemental, un administrateur fiduciaire d’Earthwatch Institute et de Plantlife International, et un conseiller environnemental auprès de Jupiter Asset Management.

Il a publié de nombreux ouvrages portant sur les questions d’environnement, tels que ‘Politics of the Environment’, ‘World Population and the United Nations’, ‘the Earth Summit and the Environmental Policy of the European Communities’, et aussi ‘Survival: Saving Endangered Migratory Species’ (2010) et ‘Where the Wild Things Were’ (2012). Il a aussi publié neuf romans, comme ‘The Commissioner’, qui a été adapté au cinéma dans un film interprété par John Hurt. En 1984, il a reçu le ‘Greenpeace Prize for Outstanding Services to the Environment’ et la même année, le ‘RSPCA Richard Martin Award for Services to Animal Welfare’.

En 1962, il a reçu le Prix de poésie Newdigate. Il s’est présenté sans succès comme candidat aux élections législatives du Royaume-Uni en mai 2005. M. Johnson a quatre enfants d’un premier mariage avec la peintre Charlotte Johnson-Wahl; l’un de ses enfants, Boris, est le maire de Londres. Il a aussi deux enfants, Julia et Maximilian, d’un deuxième mariage avec Jennifer.

Lisez plus : http://www.stanleyjohnson.com/biog/

 

Ian Redmond, OBE

Ian Redmond in eastern DRC. Courtesy of M. O’Donnell, Channel 7

Ian Redmond est un biologiste et écologiste de terrain dans les zones tropicales, célèbre pour son travail avec les grands singes et les éléphants. Depuis plus de 35 ans, il a été associé aux gorilles de montagne pour ses travaux de recherche, ses tournages de films, le tourisme et les travaux de conservation. Il a été l’ambassadeur de l’Année du gorille en 2009 pour l’Organisation des Nations Unies et l’ambassadeur de la Convention du PNUE sur les espèces migratrices depuis 2010.

Comme pour son mentor, feu Dr. Dian Fossey, l’objectif principal de son travail a changé en 1978, passant de la recherche à la conservation, après que des braconniers ont tué Digit – un jeune singe de l’un des groupes d’étude de Karisoke – pour vendre son crâne et ses mains. Lorsqu’il a trouvé le corps sans tête et sans mains du gorille qu’il considérait comme son ami, sa vie a changé. Dix ans plus tard, au Kenya, le même choc s’est répété lorsque plusieurs ‘éléphants des grottes’ qu’il étudiait ont été tués par des braconniers d’ivoire.

Ian est alors devenu un consultant et conseiller dans le domaine de la conservation pour des organisations comme la ‘Born Free Foundation’, la ‘Gorilla Organization’ (dont il est devenu le président du Conseil d’administration en 2012), la Fondation Orang-outan, le Fonds International pour la protection des animaux (IFAW), etc.  Pour encourager ces groupes à travailler ensemble, il a créé l’Alliance des Singes qu’il préside (il s’agit de 95 organisations reliées par l’intermédiaire de : www.4apes.com), l’African Ele-Fund et le UK Rhino Group.  .  

Lisez plus...


Peter Johan Schei

Peter J. Schei

Né en Norvège en 1945, Peter J. Schei a grandi à la campagne. Il s’est intéressé depuis tout petit à la nature et allait souvent dans la forêt avec son père. Il a approfondi son observation et étude des oiseaux à l’âge de 19 ans, en faisant des études de biologie à l’Université d’Oslo. Il a aussi étudié la botanique, les mathématiques, la chimie et la biochimie et a obtenu, en 1971, le diplôme Cand. real. de zoologie (entre une maîtrise et un doctorat de sciences), sa thèse portant sur les dynamiques de migration et de population de l’étourneau européen.

Tout de suite après, en 1973, Peter a rejoint le Ministère de l’environnement norvégien nouvellement créé et premier ministère de l’environnement au monde, à titre de consultant scientifique, et il a poursuivi sa carrière au sein de ce ministère en occupant différents postes, dont celui de chef de division. A partir de 1985, il a travaillé pour la Direction de la gestion de la nature, dont il est devenu le directeur général en 1989. En 1995, il a été nommé au poste de directeur des négociations internationales, travaillant essentiellement pour le Ministère de l’environnement.

Déjà en 1979, Peter avait été désigné comme chef de la délégation norvégienne auprès de nombreuses conventions, comme la CITES, la Convention de Bern et la Convention de Ramsar et, à partir de 1989, il a dirigé les négociations norvégiennes dans le cadre de l’élaboration de la Convention sur la diversité biologique et du Protocole sur la prévention des risques biotechnologiques. Il a ensuite été étroitement associé aux travaux de la Convention sur la diversité biologique, notamment en tant que président du SBSTTA, son comité consultatif scientifique, dont il est considéré comme l’un des « pères fondateurs ».

Lisez plus...

Last updated on 01 April 2014